trans travel (en français)

Analyse des risques terrains : les femmes transgenres étrangères en Russie

Analyse des risques terrains : identification des risques et élaboration de la stratégie
Terrain : la Russie
Public : les femmes transgenres étrangères
 
Pour les personnes transgenres, il est important de bien comprendre les lois et leur application, ainsi que la culture des régions et mêmes des villes qu’ils/elles visitent. Pour les femmes transgenres et leur sûreté en voyage, il est crucial de comprendre le paysage légal et social d’une destination donnée. Cela peut aussi les protéger des crimes de haine et de la discrimination systémique.

Selon trois amis de nationalité russe (anonymisés afin d’être sûre que l’information qu’on retire d’eux ne va pas être utilisée contre eux), il y a des risques liés à la délinquance partout en Russie. Des agressions contre les femmes transgenres sont possibles mais moins probables qu’ailleurs en Russie dans les grandes villes comme Moscou et Saint-Pétersbourg. Avant d’y voyager, il est conseillé de choisir les grandes villes, éviter les régions non-métropolitaines en raison des risques d’agressions plus élevés pour elles que pour les voyageurs/voyageuses non-transgenres, et même plus élevés pour les femmes transgenres qui ne sont pas perçues comme esthétiquement « assez » féminines. Mes sources anonymes disent que le risque est beaucoup plus élevé pour celles qui déclarent publiquement (déclaration non sollicitée) leurs identités comme trans et /ou leurs positions politiques concernant les droits LGBT. Ce risque, quant à mes sources, est plus fort dans les régions conservatrices (hors les grandes villes, hors de Moscou et Saint-Pétersbourg).

Il y a aussi des risques sanitaires. La contrefaçon de médicaments est répandue en Russie. Il est donc conseillé aux voyageuses transgenres d’emporter leurs propres médicaments et hormones achetés ailleurs.[1] C’est aussi pour pouvoir éviter la possibilité d’être interrogées à la pharmacie en Russie au sujet de votre genre. Cette possibilité pourrait entraîner des risques psychologiques tel que le risque d’être « mal adressée » (« monsieur » au lieu de « madame ») qui peut vous mettre dans l’embarras, ainsi que le risque d’être le centre de l’attention (mettant l’accent sur le fait que vous êtes une femme transgenre) qui pourrait entraîner un risque lié à la sécurité si vous êtes hors les grandes villes.

Pour les voyageurs/voyageuses en général, une mise à jour de la vaccination diphtérie-tétanos-poliomyélite est conseillée et, en cas de séjour en Sibérie, la vaccination contre l’encéphalite japonaise aussi qu’une protection contre les piqûres de moustiques est fortement conseillée et recommandée.[2] Il est déconseillé de se baigner dans les lacs et les étangs à cause des risques de leptospirose et, dans les régions de Ekaterinbourg et Novossibirsk en particulier, de paludisme autochtone.[3]

En Russie, il est souvent difficile pour une fille transgenre de recevoir une assistance médicale en rapport avec sa transition sans devoir faire face à un manque de respect et/ou des abus verbaux. Cela pour conséquence que les individus transgenres ont très peu de confiance dans le système de santé russe.[4] Il est conseillé que vous régliez vos affaires médicales en rapport avec votre transition avant d’aller en Russie (ex. acheter assez d’hormones avant d’y aller).

Il existe aussi des risques politiques et des risques liés à l’insécurité. La discrimination basée sur le genre et l’orientation sexuelle est répandue en Russie.[5] Les actes de violence et de harcèlement envers les personnes LGBTI se produisent. Des politiciens apparentés au gouvernement se sont permis des commentaires discriminants à propos des personnes LGBTI. La violence contre la communauté LGBTI a beaucoup augmenté depuis l’adoption de la loi contre la “propagande”. Cela inclut l’incitation par la police à commettre des “crimes”, la torture et le meurtre.[6]

Les lois russes qui interdisent “la propagande de relations sexuelles non-traditionnelles” envers les mineurs sont vagues et se prêtent à des interprétations abusives. Les étrangers risquent des amendes d’un maximum de 100.000 roubles, ou au plus 15 jours de prison, ou l’expulsion. La loi est très vague, elle ne précise pas ce que la Russie considère comme propagande à propos des relations sexuelles non traditionnelles. Il vaut mieux éviter de faire part d’inquiétudes à propos des droits LGBT, ou de partager des posts ou articles à ce propos. Avant d’aller en Russie, il vaut mieux mettre en “privé” son profil sur les réseaux sociaux, et cacher au public ce que l’on a partagé. Il faut se souvenir que ce que l’on a partagé est ouvert à interprétation : mieux vaut éviter de partager des idées politiques quand on va en Russie, car cela peut amener en prison.

On recommande aux femmes transgenres étrangères qui souhaitent aller en Russie de prendre des mesures supplémentaires pour simplifier leur interaction avec la sécurité aux aéroports. Par exemple, il faut faire attention à ce que les indications de sexe soient concordantes sur tous les documents officiels, et soient en accord avec l’apparence physique de la voyageuse. Il vaut mieux, aussi, emporter avec soi des certificats de médecins, en français ou en anglais et dans la langue locale, lorsqu’on voyage en Russie.[7]

[1]Russie- Sécurité,” France Diplomatie : Ministère De L’Europe Et Des Affaires étrangères, accessed March 28, 2018, https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/conseils-par-pays/russie/#sante.

[2] Institut Pasteur De Lille, “Russie,” Russie – Vaccinations Voyages – Paludisme, Zika…, May 05, 2017, accessed March 28, 2018, https://www.pasteur-lille.fr/vaccinations-voyages/?pays=Russie.

[3]Russie- Sécurité,” France Diplomatie : Ministère De L’Europe Et Des Affaires étrangères, accessed March 28, 2018, https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/conseils-par-pays/russie/#sante.

[4] Transgender Legal Defense Project, The Situation of Transgender Person in Russia (Moscow, 2017).

[5]World Report 2017: Rights Trends in Russia,” Human Rights Watch, January 16, 2017, accessed March 28, 2018, https://www.hrw.org/world-report/2017/country-chapters/russia.

[6] “International Travel Country Information: Russian Federation,” U.S. Department of State, accessed March 28, 2018, https://travel.state.gov/content/travel/en/international-travel/International-Travel-Country-Information-Pages/RussianFederation.html.

[7] https://www.nytimes.com/2017/01/30/business/how-to-plan-a-safe-trip-for-gay-and-transgender-travelers.html

Advertisements

1 reply »

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.